If you are looking for EIA UK, it's overhere.

Intelligence Brute: Hua Jia

« Vous payez, ils travaillent pour vous »: comment les sociétés forestières payent chaque mois les fonctionnaires au Gabon pour qu’ils ferment les yeux sur leurs crimes forestiers

Série Intelligence Brute : Hua Jia

Vous devez payer pour vous sortir du pétrin, convaincre les fonctionnaires de vous faire des faveurs et maximiser vos bénéfices. L’industrie du bois au Gabon semble reposer sur la mise à profit d’un environnement de corruption généralisée. Dans ce quatrième volet de la série Intelligence Brute d’EIA, nous vous présentons la société Hua Jia, l’une des sociétés forestières les plus emblématiques du Gabon. Les responsables de Hua Jia avaient beaucoup à dire sur la façon dont eux-mêmes et d’autres compagnies opèrent.

Afin de poursuivre notre exposé des véritables maux qui touchent le secteur forestier et présenter de nouvelles preuves aux yeux du public, EIA a récemment lancé une série inédite de vidéos intitulée Intelligence Brute. Au travers de vidéos obtenues sous-couverts, minimalement éditées, capturant les propres paroles des dirigeants de sociétés forestières, EIA démontre que les crimes forestiers décrits dans le rapport Commerce Toxique sont omniprésents, structurels et indisputables.

Hua Jia, une filiale de la société publique China International Forestry Group Corporation, est l'une des sociétés de bois les plus en vue du Gabon, ayant la gestion de plus de 350 000 hectares de terres forestières. Les trois quarts de la société appartiennent au Groupe Yihua, un conglomérat privé chinois ayant des investissements dans le secteur de l’immobilier, la santé et le tourisme. Depuis sept années consécutives, le groupe fait partie des « 500 entreprises privées les plus remarquables en Chine ».

En 2016, Hua Jia s'est engagée à respecter les exigences du « Guide pour la gestion et l'utilisation durables des forêts d'outre-mer par les entreprises chinoises », publiées par l'administration forestière chinoise, et destinées à prévenir l'exploitation forestière illégale, comme présenté en page 60 du rapport Commerce Toxique. Les enquêteurs d'EIA ont découvert que l'entreprise est loin d'être exemplaire. Notre vidéo sous couvert montre un responsable de Hua Jia décrivant les directives comme n'ayant aucune conséquences pour leurs pratiques. Comme il l'a expliqué: « Ces réglementations nationales [chinoises] ne s'appliquent pas à nous. Ici c'est l'Afrique. Nous ne suivons que ce qui est requis localement ».

Une enquête récemment publiée par l’Organisation Non Gouvernementale gabonaise Brainforest a révélé que la société avait illégalement exploité la forêt sur des terres agricoles sans autorisation, notamment en l’absence de contrats légitimes avec les exploitants familiaux. De plus, Hua Jia n’avais mis en place aucun suivi du bois récolté, en violation directe des lois gabonaises relatives à la traçabilité du bois. Dans sa discussion avec les enquêteurs d’EIA, le gérant de Hua Jia a expliqué que la sous-location de concessions forestières auprès de sociétés bien établies est une pratique très courante chez les nouveaux investisseurs, même si la sous-location est illégale au Gabon.

Dans la vidéo Intelligence Brute, le responsable de Hua Jia affirme par ailleurs que gérer une entreprise forestière au Gabon repose sur la corruption des fonctionnaires. Il note en particulier que les divers pots de vins destinés aux autorités gabonaises représentent une importante dépense mensuelle. Selon le responsable de Hua Jia, sa société verse chaque mois un montant équivalent à 29 000 USD en pots-de-vin. Il explique que ces pots-de-vin sont « destinés à payer les fonctionnaires de différentes administrations », tels que « les services des Eaux et Forêts, les bureaux de l'environnement, les administrations municipales et les services de santé publique ». Il décrit un système de paiement à la demande pour continuer à opérer impunément dans le pays : « Vous payez, ils travaillent pour vous. Vous payez 10 000 RMB, ils vous aident avec des problèmes d’une valeur de 10 000 RMB. » Le soudoiement routinier des fonctionnaires compromet la capacité du gouvernement à lutter contre les illégalités dans le secteur. Lorsque les enquêteurs sous couverts d’EIA ont demandé au responsable de Hua Jia s’il pourrait éviter ces paiements, il a répondu: « Il n'y a aucun moyen de sortir de cette situation », ajoutant que les autres sociétés se trouvaient très probablement dans la même situation.

La corruption en place dans le secteur forestier gabonais permet à Hua Jia d’agir à sa guise, c’est-à-dire en ignorant ou manipulant les lois, dans le but de réaliser des profits rapides et substantiels. Le responsable a déclaré avoir un taux de profit « supérieur à 30% » et selon lui de tels bénéfices place sa société tout au plus dans la moyenne des compagnies qui opèrent dans le pays. En comparaison, certaines des sociétés les plus performantes au monde, telles qu'Amazon, présentent des marges bénéficiaires inférieures à 5%.

Pendant des années, le paiement récurrent de pots-de-vin a été une réalité inévitable du secteur forestier au Gabon ; les professionnels du secteur n’ont eu aucune gène à l’expliquer aux enquêteurs d’EIA. En 2019, le président gabonais a déclaré vouloir redistribuer les cartes de la gouvernance avec un nouveau gouvernement « exemplaire, honnête et éthique ». Le moment est décisif pour enquêter et punir les individus impliquées de longue date dans la « mafia du bois » au Gabon. S'il y a véritablement un espoir de créer une industrie du bois légale et durable au Gabon, une industrie qui respecte les forêts et le peuple gabonais, l'heure est à la prise de responsabilité.

Découvrez chacun des épisodes de la série:
Intelligence Brute: Groupe Dejia
Intelligence Brute: WCTS
Intelligence Brute: TBNI
Intelligence Brute: Hua Jia
Intelligence Brute: ACOG

View all Blog Posts

Recent Blog Posts

Respaldo de Sociedad Civil a Defensora Ambiental en Perú
03/26/2021
60 instituciones y miembros de la sociedad civil y organizaciones indígenas en Perú emitieron hoy un comunicado respaldando a la Defensora Ambiental Lucila Pautrat ante los ataques que viene recibiendo de parte de una empresa investigada por la instalación no autorizada de monocultivos agroindustriales en Tamshiyacu, en la Amazonía peruana.
Escazu Agreement Offers Hope but is Only the Beginning
02/23/2021
2020 was a terrible year across the globe, but particularly for Latin America’s environmental defenders. After record numbers of murders in 2019, the perils for environmental and human rights defenders did not decline in 2020. In fact, these threats remained high and even increased during the pandemic, as illegal loggers, miners, and other land grabbers had free reign to encroach upon remote communities. And this time, the intruders brought with them the deadly coronavirus.

Recent Reports

The Pebble Tapes
09/21/2020
The Pebble Tapes are a series of recorded conversations between EIA investigators and the Chief Executive Officers of Pebble Limited Partnership and Northern Dynasty Minerals, the companies behind the contested Pebble Mine project in Alaska.
Cashing-In On Chaos
06/03/2020
Environmental Investigation Agency (EIA)’s three-year investigation into the Senegal-Gambia-China rosewood traffic uncovered unprecedented evidence on a series of major forest crimes.

Recent Press Releases

EIA Applauds Newly Announced U.S. Bill to Tackle Global Deforestation; Urges Biden-Harris Administration to Support
03/03/2021
Senator Brian Schatz revealed plans today to introduce legislation that would put in place import requirements for agricultural commodities associated with illegal deforestation. The bill would oblige companies bringing commodities such as beef, leather, palm oil, soy, and cocoa into the U.S. to know where these goods originated and to ensure they were produced in compliance with laws of the country where they were grown or raised.
ORAU Statement on the murders of two indigenous Cacataibo leaders in Peru
03/03/2021
EIA joins ORAU in expressing outrage at the murders of human rights defenders who are protecting the Amazon region and their communities, and echoes ORAU’s calls for urgent and immediate actions. Here is an EIA-translated version in English of ORAU’s original letter in Spanish.

Recent Videos

Mukula Cartel
12/05/2019
In Zambia the Environmental Investigation Agency (EIA) found that a handful of very high profile figures have apparently orchestrated and facilitated massive trafficking operations for years that are driving mukula rosewood trees to the edge of commercial extinction, devastating vulnerable forests and threatening communities’ livelihoods
Raw Intelligence: GOCA
10/18/2019
Mr. Lu is the Secretary of the Association of Overseas Chinese in Gabon and a leading figure in the Forest Union of the Asian Industry in Gabon (UFIAG). He doesn’t miss an opportunity to publicly defend Chinese logging companies in Gabon, and to assert that these entrepreneurs operate with the best of intentions.
Follow us @eiaenvironment on twitter for the latest updates!